AccueilActualitésMa Prime Rénov : un soutien renforcé et simplifié pour la rénovation...

Ma Prime Rénov : un soutien renforcé et simplifié pour la rénovation énergétique en 2024

Le dispositif Ma Prime Rénov connaît des améliorations majeures à partir du 1er janvier 2024, avec une hausse significative du budget alloué et une simplification des démarches. Zoom sur les différentes évolutions prévues pour encourager davantage de foyers français à réaliser des travaux de rénovation énergétique.

Budget augmenté de 5 milliards d’euros pour Ma Prime Rénov

Pour accompagner ces mesures, le budget alloué à Ma Prime Rénov sera porté à 5 milliards d’euros en 2024, soit une augmentation de 1,6 milliard d’euros. Cette enveloppe conséquente témoigne de l’engagement du gouvernement français à soutenir la transition écologique et inciter plus de ménages à engager des travaux de rénovation énergétique.

Deux parcours de rénovation proposés dès 2024

À compter du 1er janvier 2024, Ma Prime Rénov se déclinera en deux parcours distincts :

  • Un parcours accompagné, obligatoire pour les biens classés F ou G selon le diagnostic de performance énergétique (DPE), visant les rénovations globales incluant plusieurs travaux
  • Un parcours non encadré, réservé aux logements déjà bien isolés, concernant des actions ponctuelles de rénovation.

Dans le cadre du parcours accompagné, les travaux devront permettre un gain minimal de 2 classes sur le DPE et inclure au moins 2 mesures d’isolation et un traitement de la ventilation.

En ce qui concerne le taux de prise en charge des coûts par l’État, il sera modulé en fonction des revenus des ménages :

  • 100% pour les ménages très modestes ;
  • 80% pour les ménages modestes ;
  • 40% pour les ménages aux revenus intermédiaires ;
  • 20% pour les ménages aux revenus plus élevés, dans la limite de 2 000 € à 4 000 € selon les situations.

De plus, le taux d’aide pourra être porté à 80%, voire jusqu’à 90% si le logement rénové atteint au minimum la classe D après travaux. Enfin, des mesures visant à améliorer le confort d’été seront désormais éligibles dans le cadre des rénovations globales, afin de lutter contre l’inconfort thermique.

Simplification du processus de demande d’aide

Pour faciliter l’accès à Ma Prime Rénov, les démarches seront allégées : il suffira aux ménages de déposer un seul dossier de demande d’aide auprès de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Celle-ci se chargera elle-même de solliciter les certificats d’économies d’énergie (CEE) et de les inclure dans le montant de l’aide Ma Prime Rénov.

Un parcours sans accompagnement pour les remplacements de chaudières et petits lots de travaux

Le parcours non encadré permettra quant à lui aux ménages d’obtenir des aides Ma Prime Rénov pour remplacer leurs chaudières, ainsi que pour réaliser des petits lots de travaux combinant isolation et équipements de chauffage décarbonés. Ces opérations nécessiteront cependant la fourniture d’un DPE initial afin d’orienter, si nécessaire, les ménages vers le parcours de rénovation globale. Ces évolutions ont été annoncées lors des Rencontres nationales sur le logement privé, qui se sont tenues les 12 et 13 octobre 2023 à Lille.

Des plafonds d’aides adaptés en fonction des revenus et des gains énergétiques

Les projets de rénovation globale bénéficieront d’aides MPR et CEE dont les plafonds seront modulés en fonction du gain en classes DPE et du niveau de revenus des ménages :

  • 40 000 € pour deux sauts de classe DPE ;
  • 55 000 € pour trois sauts de classe DPE ;
  • 70 000 € pour quatre sauts de classe DPE.

Le taux de soutien MPR+CEE sera ajusté à 80% pour les ménages très modestes, 60% pour les ménages modestes, et entre 45% et 50% pour les ménages aux revenus intermédiaires. Un bonus de 10% sera accordé aux opérations permettant à un logement de sortir du statut de passoire thermique en atteignant au moins la classe D. Par ailleurs, les ménages aux faibles revenus pourront bénéficier d’un dispositif d’avance de paiement pouvant atteindre jusqu’à 70%. Avec ces nouvelles mesures, le gouvernement français ambitionne de réaliser des travaux de rénovation énergétique dans 200 000 logements en 2024, qu’il s’agisse de maisons individuelles ou d’appartements en copropriété.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici